Croatie

La Perle de l'Adriatique

Dernière mise à jour le 19/10/2014

L'indice W Project

56/100

La note en détail

Macro-économie
Macro-économie

6 ans de récession ont laissé le pays dans un état complexe. L'entrée dans l'union européenne en juillet 2013 a suscité de nombreux espoirs pour la population, mais les choses avancent doucement, et le retard structurel se fait encore sentir.

3/10
Accessibilité Internet
Accessibilité Internet

Si les connexions ne sont pas toujours des plus rapides, il est cependant plus facile de trouver un point d'accès wifi dans les grandes villes de Croatie qu'à Paris. Attention par contre dès que vous sortez des zones touristiques.

8/10
Concurence
Concurence

Peu de concurrence dans ce petit pays. Le marché intérieur ne représentant que peu de perspectives pour les entreprises étrangères, les perspectives sont nombreuses et dans des secteurs très variés. Seul le tourisme est réellement un créneau ou il est difficile de faire se faire une place.

8/10
Création d'entreprise
Création d'entreprise

Les formalités administratives et le cout de la création d'une entreprise sont très similaires à ce qu'on connaît en France. Il n'est donc ni cher, ni complexe de creer sa société. Il est cependant recommandé de s'adjuger les services d'un avocat pour faciliter les choses.

7/10
Culture business
Culture business

Peu d'initiatives personnelles dans ce pays Méditerranéen où le manque de savoir-faire différenciant reste une entrave à la création de valeur ajoutée. Mais cela laisse la porte ouverte aux porteurs d'idées de tous horizons!

3/10
Infrastructures
Infrastructures

Géographiquement très bien située sur les corridors européens, la Croatie bénéficie d'infrastructures routière neuves, et peu fréquentées. Il est donc facile d'exporter sur les différents marchés frontaliers. Le transport maritime ne doit pas non plus être négligé.

8/10
Opportunités
Opportunités

Des ressources naturelles nombreuses, peu de concurrence, sont des points positifs pour le pays. Cependant, son marché intérieur très restreint fait qu'il est difficile de faire fortune en Croatie, et il faut viser les pays environnants rapidement dans son développement,

8/10
Réseaux français
Réseaux français

Peu de réseaux français dans un pays pourtant très proche de l'hexagone, et ceux-ci sont récents. Seuls l'ambassade et le club d'affaires Franco Croate vous serons réellement utiles.

3/10
Sécurité
Sécurité

S'il est possible que certaines zones touristiques soient la cibles de certaines personnes mal intentionnées, le pays est globalement très sur, et Vous ne courez aucun risque dans les grandes villes comme dans les campagnes.

7/10
Financement
Financement

Pas facile, voire très difficile d'accéder aux financements dans un pays en crise. Certaines grandes banques internationales étant cependant présentes dans le pays, il est intéressant de pouvoir préparer son projet en amont pour se tourner vers des financements transnationaux.

3/10

L'observatoire

La Perle de l'Adriatique

Ce qu'on connaît de la Croatie depuis la France c'est sa côte idyllique sur sa façade maritime faisant face à l'Italie. C'est surtout le pays de "La Perle de l'Adriatique" en la ville de Dubrovnik, classée au patrimoine mondial de l'UNESCO, et célèbre jusqu'en Australie dont les touristes traversent la moitié du globe pour visiter ce joyau!

Mais la Croatie, ce n'est pas que ces images de plages de rêve de criques désertes et d'eau turquoise. Nous sommes allés sur place pour nous rendre compte concrètement de ce qui a été accompli dans le pays avant son entrée dans l'Union mais aussi des difficultées que connaissent les croates suite à la crise de 2008.

Soudés face à l’adversité!

On trouve dans les terres de formidables richesses humaines et naturelles, mises à mal par la crise de 2008, qui a, ici, produit des effets dévastateurs. Le pays est ainsi en récession depuis 6 ans, et la perte du PIB s’élève à 13% depuis le début de celle-ci. Le taux de chômage du pays est ainsi l’un des plus élevé d’Europe, juste derrière la Grèce et l’Espagne.

Si l’économie est atone depuis plusieurs années, les croates peuvent compter sur une solidarité familiale très ancrée dans une société qui est restée très traditionnelle. Ainsi il n’est pas rare de voir des enfants de 40 ans retourner vivre chez leurs parents. Cela explique en grande partie que la pauvreté ne soit pas aussi visible qu’elle pourrait l’être! Les seuls signes visibles sont ces retraités fouillant les poubelles pour récupérer bouteilles en plastiques et canettes pour en tirer un maigre revenu.

Et ouvert à l’international…

La majorité des entrées de devises provient, bien sur, des étrangers qui visitent le pays, pendant les 4 mois de la saison touristique, que ce soit en croisière dans les multiples îles, ou avec l’explosion du nombre de backpackers attirés par ce pays au coût de la vie relativement peu élevé.
L’autre partie des entrées de devises provient de la diaspora croate qui rapatrie environ 1 milliard d’euros par an au pays.

D’un point de vue linguistique, si dans les grandes destinations touristiques ainsi que la capitale Zagreb, l’anglais est maitrisé par la plupart des croates, ce n’est pas le cas dans les parties les plus reculées du pays. La maîtrise de la langue est donc indispensable pour quiconque veut monter un business de proximité, car cela est de plus considéré comme une marque d’investissement personnel dans le pays. Comme partout c’est un plus, mais dans le cas d’entreprises internationales, un partenaire croate et la maîtrise de l’anglais suffisent amplement, l’appui de structures comme le club d’affaires franco-croate permettant une assistance dans les démarches.

pour un cadre de vie agréable!

Le coûts de la vie est environ 40% moins cher qu’en France, sauf dans les zones touristiques, ou les coûts sont légèrement plus élevés que dans le reste du pays. Zagreb reste une ville peu chère, avec une qualité de vie très agréable, car avec des standards occidentaux. On arrive ainsi facilement à se faire plaisir avec du pain, des viennoiseries, et un expresso de qualité.

La cuisine méditerranéenne sur la côte est fortement influencée par l’Italie, tandis que le nord du pays est plus marqué par la proximité de la Hongrie. Le climat très clément du pays offre une grande variété de fruits et légumes de qualité, et l’agriculture reste un des secteur fort. La qualité des sols, en fait une terre idéale pour les cultures biologiques, car n’ayant pas été traité chimiquement, en particulier dans le nord-est du pays et la région de la Slavonie, comme l’illustre Kristian Lesar d’Eko Vrelo.

Pas facile pour celui qui veut entreprendre…

La Croatie a un niveau de taxe assez élevé pour la région avec un niveau de TVA qui a grimpé récemment à 25%, mais l’impôt sur les société est très favorable avec un taux fixe de 20% et une exonération d’impôts sur les dividendes. Les salaire minimum est de 3200kn équivalant à … €, ce qui fait qu’il est assez simple de trouver une main d’œuvre peu chère, surtout avec un niveau de chômage de 16,3%. À contrario les charges sur les salaires apparaissent à un niveau assez haut avec environ 80% de charges sur les salaires, à contrebalancer avec le fait qu’une retenue à la source de 15% sur les salaires versés. D’autre part, une partie des charges sont spécifiques à chaque ville, avec un maximum à Zagreb de 18%.

La Croatie reste cependant un petit pays avec un marché intérieur restreint de 4 millions d’habitants, et un pouvoir d’achat faible. Il ne faut donc pas s’attendre à faire fortune rapidement et uniquement en comptant sur la demande intérieure.

mais des bases solides…

Le pays se situe géographiquement à un carrefour de l’Europe, et dispose d’excellentes infrastructures routières avec un réseau d’autoroutes de moins de 10 ans d’âge. L’implantation dans le pays pour des entreprises visant un marché européen se justifie donc facilement avec les pays très proches que sont la Hongrie, la Slovénie, la Bosnie et la Serbie.

Le pays dispose ainsi de richesses naturelles indéniables au niveau national, très contrastées certes, avec une côte adriatique propice au tourisme, et l’intérieur du pays riche en forêts et en surfaces agricoles. Le gros point noir pour l’économie du pays, est un manque d’idées, d’innovation et de savoir-faire dans la transformation de celles-ci. Les produits sont ainsi exportés bruts, sans la transformation qui leur apporte de la valeur ajoutée. Il y a là un énorme potentiel pour des français disposant d’un savoir-faire différenciant.

Qui s’appuient sur un système proche de la France!

Pas si facile de trouver de la main d’œuvre qualifiée, les croates les mieux formés ayant tendance à s’expatrier pour viser des meilleurs salaires. Les métiers manuels, en particulier, souffrent d’un manque de fiabilité et un management poussé est nécessaire, l’esprit d’initiative n’étant pas la qualité première des ouvriers croates. Mais les choses changent et certains enseignements tentent d’améliorer le top management dans les entreprises, malgré un corps professoral vieillissant, en particulier dans les universités. On notera la très bonne initiative de la Zagreb Business School of Economics de notre ami Marin.

Au niveau de la santé, la Croatie dispose d’un système de sécurité sociale équivalent à celui de la France, et permettant à tous une prise en charge gratuite des soins dans les établissements publics.

Notre bilan est donc quelque peu mitigé sur ce pays. Non pas par rapport à la culture ou à l’adaptation à la vie sur place, mais réellement

L'avis de l'équipe

    Equipe économie sociale et solidaire

    Un cadre plus de vie plus qu’agréable, des paysages à couper le souffle, et une nourriture haute en couleur font de la Croatie une terre où il fait bon vivre. Pour entreprendre, c’est une autre paire de manche!

    Pas facile, en ce moment en tout cas, pour celui qui veut faire sa place au soleil de l’adriatique, car l’économie est atone dans le dernier pays de l’Union Européenne.

    • Le climat méditerranéen, et tout ce qui y est lié, font de la Croatie une perle au niveau du cadre de vie. LA nourriture excellente, et l’expresso qui nous a particulièrement marqué, nous rappelle l’Italie toute proche.

      Les loisirs sont également très développés, et il facile de s’habituer à la vie croate en ne perdant pas de vue ses points de satisfaction communs à l’occident.

      Si on ajoute que les prix sont 40% inférieur à ceux de la France, il semble bien aisé de ce plaire dans ce petit pays.

    • Pas mal de difficultés à se rapprocher des croates qui s’ils sont très chaleureux quand on les connait, sont difficiles d’accès, surtout pour celui qui ne maitrise pas la langue.

      6 ans de récession qui se font encore particulièrement sentir au niveau du pays, et la crise a frappé dur le pays. Tous nos interlocuteurs s’accordent à dire que cumulé à l’étroitesse du marché intérieur, il est difficile de trouver des débouchés d’importance en Croatie.

Sécurité

Ces informations liées à la sécurité ne sont pas exhaustives !

Nous vous recommandons fortement de vous rendre sur le site du Ministère des Affaires Étrangères, notre partenaire dans ce projet.

    A savoir :

  • - Il est conseillé de faire attention en particulier dans les zones touristiques ou les pickpockets peuvent sévir.